La réalité virtuelle, une expérience pas comme les autres

Dans les parcs d’attractions, les salles d’arcade, les escape games, au cinéma, au musée et désormais dans nos foyers… la réalité virtuelle, ou VR, s’est démocratisée à vitesse grand V ces dernières années. Si cette technologie a de quoi séduire, est-elle adaptée à nos enfants ?

Pour les enfants d’il y a 30 ou 40 ans, la réalité virtuelle, c’était le holodeck de l’Enterprise dans Star Trek… un rêve inaccessible. Quelques décennies plus tard, fini la science fiction : il suffit d’enfiler un casque de réalité virtuelle, et c’est parti pour une expérience d’immersion dans un environnement artificiel avec lequel on peut interagir !

Une logique de précaution

Nager avec les dauphins, faire un saut au Moyen-Âge, visiter le Machu Picchu… la technologie VR affiche un fort potentiel ludique et éducatif. Pourtant, les constructeurs eux-mêmes déconseillent leurs matériels avant 12, 13, voire 15 ans, par principe de précaution.

En effet, cette technologie est encore trop jeune pour connaître ses effets à long terme sur la santé et le développement cognitif des enfants.

Quels impacts sur la santé ?

Parmi les rares études disponibles à ce jour. Celle de chercheurs de l’université de Leeds (Royaume-Uni), conduite en 2017 sur un groupe d’enfants de 8 à 12 ans, a mis en évidence chez certains des problèmes de vue et d’équilibre, après 20 minutes d’utilisation. Deux enfants ont eu, quant à eux, des difficultés à bien évaluer les distances entre des objets. Des réactions qui restent toutefois passagères après l’expérience…

Il faut dire que la réalité virtuelle a ceci de particulier qu’elle trompe intentionnellement notre cerveau : elle « imite » des informations visuelles et auditives, modifiant notre perception pour guider nos actions.  En résulte un décalage entre la perception et l’action, qui force le cerveau à s’adapter. Un exercice qui n’est sans doute pas sans conséquence sur le cerveau encore en développement d’un enfant…

Une question de points de vue

Concernant le développement de la vision, la lumière bleue nocive pour le cristallin des plus jeunes est bien sûr pointée du doigt. Toutefois, la proximité entre les yeux et l’écran fait débat : pour Martin Banks, spécialiste des sciences de l’œil à l’Université de Californie, elle est moins problématique dans un casque VR que devant un smartphone.

Avec la réalité virtuelle « l’œil aura tendance à regarder beaucoup plus loin », explique-t-il. Gilles Renard, de la Société Française d’Ophtalmologie, estime au contraire que « l’écran oblige à la mise au point permanente de l’œil, ce qui représente un effort d’accommodation extrêmement fort (…) qui va générer une fatigue et éventuellement, à long terme, l’apparition d’une myopie ».

Pour d’autres, il serait possible que les casques VR puissent d’avantage servir à repérer des troubles de la vision qu’à les causer…

Distinguer le réel du fictif

Mais qu’en est-il de la capacité de votre enfant à « vivre » une expérience de réalité virtuelle ? Rappelons qu’avant 6-7 ans, les enfants ne font pas la distinction entre réalité et fiction…  La VR ne répond aux besoins en apprentissages élémentaires.

« C’est ici que se pose la question de l’adaptation des contenus », indique Olivier Gérard, coordonnateur du pôle « Médias – Usages numériques » à l’Unaf. « On est face à un marché encore très orienté ‘adultes’ : le matériel n’est pas conçu pour les enfants, les casques sont trop grands, et parmi les titres les plus vendus, on trouve plutôt des jeux de guerre, attaque de zombies… A ne pas mettre entre les mains des plus jeunes, évidemment ! »

Un accompagnement particulier

Ni même de certains pré-adolescents : « Avec la réalité virtuelle, tout est plus intense ! Un contenu perturbant l’est encore plus vécu en VR. D’autre part, une expérience intense renforce l’envie d’y revenir, avec un risque plus prononcé de pratique excessive… « 

« La réalité virtuelle nécessite une dose d’accompagnement supplémentaire par rapport aux autres écrans. Aussi, si vous voulez laisser votre enfant essayer, soyez très attentif à ce qu’il comprend, comment il utilise la VR…, » recommande Olivier Gérard.


L’essentiel

  • L’utilisation de matériel VR est fortement déconseillée aux moins de 13 ans.
  • La réalité virtuelle peut avoir des conséquences sur le développement cognitif.
  • L’intensité de l’expérience vécue en VR nécessite un accompagnement parental renforcé.

En chiffre

Malgré la mise en garde des constructeurs, 7 parents sur 10 estiment que la réalité virtuelle est appropriée aux enfants de moins de 13 ans, selon un rapport de Common Sense Media.

WP Post Author