Jeux vidéo : méfiez-vous des achats intégrés !

Attention, jouer en ligne peut vite coûter cher ! Selon une étude réalisée par Ipsos Connect en mai 2018, 40 % des enfants jouant aux jeux vidéo dépensent de l’argent via les achats intégrés. Comment éviter les dépenses excessives ?

Un achat insidieux…

Le risque principal des achats intégrés tient à leur caractère insidieux. Scénario classique : votre enfant télécharge une application dite gratuite, il progresse dans le jeu jusqu’au moment où il se retrouve bloqué à un niveau. Pour passer à l’étape suivante, le jeu lui propose des coups bonus ou vies supplémentaires. Super… sauf qu’il faut payer et votre enfant ne se rend pas forcément compte qu’il effectue un achat.

Payez en un clic 

Si votre carte bancaire est déjà préenregistrée sur la plateforme de téléchargement ( apple store, …), il pourra payer en un clic sans avoir besoin de votre autorisation. C’est le cas aussi par exemple si d’autres achats précédents ont déjà été effectués sur le même smartphone et pour le même jeu.

Et même scénario si votre CB est pré enregistrée dans les paramètres de la console de jeu. Une facilité d’achat dont vos enfants n’ont le plus souvent pas conscience. Or, la facture peut grimper très vite !

Monnaie virtuelle, argent réel 

La plupart des jeux vidéo permettent aux joueurs d’acheter de la monnaie virtuelle, avec laquelle ils pourront ensuite payer les produits et services proposés dans l’univers du jeu. Une habile façon de rendre les achats intégrés plus ludiques :

  • Les codes secrets qui permettent d’accéder à un niveau supérieur
  • Les nouveaux personnages qui permettent de se distinguer des joueurs « lambda »
  • Les armes et outils supplémentaires qui améliorent les performances
  • Les éléments d’apparat comme un nouveau costume, appelé « skin »…

Autant de façons d’améliorer son expérience de joueur à l’intérieur du jeu ! Avec tous les risques de dérive pour un enfant qui n’a ni la valeur de l’argent ni le sentiment d’effectuer un véritable achat.

Quelle est la parade ?

En matière d’achats intégrés, mieux vaut prévenir que guérir. Il est important de parler avec ses enfants de ces nouveaux modes de financement des jeux. Un jeu téléchargé gratuitement ne signifie pas qu’il ne faudra pas payer pour en profiter pleinement.

Il faut aussi leur rappeler que les mécaniques du jeu sont souvent pensées pour inciter pour dépenser !

Depuis 2018, le système PEGI de classification des jeux vidéo intègre un nouveau picto « Achats intégrés » sur les jeux concernés… ouvrez l’œil ! Les stores Apple et Android signalent également les applications avec achats intégrés.

Réglez les paramètres 

Par ailleurs, les plateformes, les éditeurs de jeux et les fabricants de consoles de jeu permettent de régler les paramètres liés aux dépenses en ligne.

Voici quelques liens pour vous guider :

  • La Xbox One de Microsoft : Il est possible de créer plusieurs comptes d’utilisateurs. L’intérêt ? Autoriser uniquement le compte « Parents » à effectuer des achats en ligne.
  • Les consoles Nintendo : Vous pouvez paramétrer un code PIN qui sera demandé pour chaque achat intégré.
  • La PS4 de Sony : Il est recommandé de créer un compte « Parents » et un (ou plusieurs) sous-compte(s) « Enfants ». L’objectif étant là encore de limiter les achats intégrés exclusivement au compte parental.
  • Google Play : Il vous suffit de configurer un mot de passe pour contrôler les achats intégrés via la boutique Google Play Store sur un téléphone Android.
  • Amazon : Si vous activez le contrôle parental, votre enfant ne pourra pas effectuer un achat intégré sans saisir un mot de passe ou un code PIN.
  • Apple store : Vous pouvez paramétrez un mot de passe pour limiter l’accès aux achats intégrés via l’iTunes Store.

L’essentiel

  • Un achat intégré peut parfois être effectué sans sortir sa carte bleue !
  • Une application « gratuite » peut contenir des achats intégrés.
  • Il est recommandé de régler les paramètres liés aux dépenses en ligne.
  • N’enregistrer pas vos coordonnées bancaires sur votre smartphone, consoles de jeu mais aussi sur les sites internet.

 Il est préférable de rentrer ses données bancaires à chaque achat que de faire face à une note salée avec des achats aussi simple qu’un clic. De plus, cela évitera de vous faire pirater vos données bancaires par une tierce personne malveillante.


En chiffres
  • Dans 8 cas sur 10, les parents d’enfants jouant aux jeux vidéo « négocient » avec eux le montant des dépenses permises (Enquête Ipsos Connect, mai 2018).