Quand votre enfant publie des photos en ligne…

Facebook, Instagram, Snapchat… les réseaux sociaux ont popularisé la diffusion de photos en ligne. Un simple clic suffit pour poster sur la toile une image de soi ou d’une tierce personne. Pourquoi nos enfants en sont-ils si friands ? Quelles précautions leur faire prendre ? Petit tour au-delà des clichés…

Miroir, mon beau miroir …

À mesure qu’ils grandissent, nos enfants se forgent une identité propre. À l’ère du numérique et des réseaux sociaux, cette construction de soi passe aussi par la diffusion de photos en ligne.

  • Le besoin de reconnaissance : poster une photo de soi sirotant un soda sur la plage et le faire savoir à tout le monde, c’est être « cool ». Il y a là une forme de valorisation qui flatte le besoin de reconnaissance de nos enfants. Diffuser des photos est pour eux un moyen de susciter l’admiration de leurs amis. D’où la fonction « sociale » des réseaux en ligne !
  • Le regard des autres : quand ils entrent dans la pré-adolescence, nos enfants cherchent l’approbation dans le regard d’autrui. Un like sur une photo est pour eux une vraie gratification. Et ils y prennent vite goût !
  • Le contrôle de son image : quand ils postent des photos d’eux, nos enfants sont sensibles à la mise en scène de leur propre personne. Des vêtements qu’ils portent à l’éclairage du lieu, rien n’est laissé au hasard ! De façon plus ou moins consciente, il s’agit pour eux de contrôler l’image qu’ils renvoient aux autres… beaucoup plus facilement qu’ils ne pourraient le faire dans la vraie vie.
Gare aux dérives !

Diffuser des photos en ligne n’est pas nécessairement préjudiciable. Mais dans la quête du selfie parfait, les jeunes peuvent s’exposer à des risques dont ils n’ont parfois même pas conscience.

Le défi de l’interdit

À l’âge où leur personnalité se construit, nos enfants sont influençables, au point parfois de se mettre en danger. En avril 2015, la SNCF a déposé plainte contre un groupe d’adolescents qui jouaient à se photographier allongés sur les rails entre deux passages de trains. Un exemple parmi d’autres des dérives occasionnées par la diffusion de photos en ligne ! L’objectif étant ici de prouver « au reste du groupe » qu’on ose braver les interdits !

Le trop plein de selfies et de filtres

Derrière l’acte de se photographier se cache parfois la volonté de se rassurer sur sa propre valeur. Mais combien de filtres faut-il avant d’être satisfait de son image ? Combien de « like » ou de « j’aime » pour compenser une mauvaise image de soi ? La pratique intensive du selfie, le fait de se « retoucher le portrait » avec une multitude de filtres embellisseurs ou humoristiques, celui de vérifier constamment le compteur des likes doit vous encourager à en parler avec votre enfant pour comprendre ce qui le pousse à agir ainsi.

Les réseaux et applications qui s’approprient nos photos

Récemment, l’application FaceApp a fait scandale. En quelques semaines, des millions de personnes se sont laissées tenter par son filtre qui permet de se vieillir de 30 ans en un clic. Problème, l’appli indique noir sur blanc dans ses conditions générales d’utilisation que l’utilisateur cède à l’entreprise gérant l’application la possibilité de modifier, réutiliser ou exploiter par la suite la photo retouchée, et ce, sans aucune limitation de durée !

D’une manière générale, apprenez à votre enfant à bien vérifier les CGU des réseaux sociaux qu’ils utilisent, et à prendre conscience des enjeux.

Et demain ?

Nos enfants n’imaginent pas qu’une relation d’amitié puisse prendre fin. En cas de chamaillerie, comment leurs photos seront-elles exploitées par leurs anciens camarades ? Et avec quelles conséquences ? Il faut donc expliquer à nos enfants que leurs amis d’aujourd’hui ne sont pas nécessairement ceux de demain. Mais leur image, en revanche, n’appartient qu’à eux et les accompagnera toute leur vie. Alors, prudence !

Dans cette perspective, vous aussi, parent, êtes concerné : il y a une multitude de bonnes raisons de NE PAS publier de photos de votre enfant en ligne, comme nous vous l’expliquions dans cet article.

De plus, votre enfant en grandissant, ne sera pas forcément fier de retrouver des anciennes photos de lui sur Internet, qu’elles soient postées par lui-même, par vous ou par l’entourage.

Des droits fondamentaux

Il est par ailleurs essentiel d’expliquer à votre enfant que la diffusion de photos en ligne est régie par des lois. Et que celles-ci garantissent des droits fondamentaux pour lui comme pour les personnes de son entourage.

Le droit à l’image

Le droit à l’image résulte du droit au respect de la vie privée prévu par l’article 9 du Code civil. Tout personne a le droit de s’opposer à la publication d’une photo la mettant en scène. Expliquez à votre enfant que ce droit vaut pour lui comme pour ses camarades et qu’ils ne sont pas autorisés à diffuser des photos sans le consentement des personnes concernées. De plus, aucune image de lui ne peut être publiée en ligne sans votre consentement (puisqu’il est mineur et que vous êtes son représentant légal).

Le droit à l’oubli

Il a été confirmé par une décision de la Cour de justice de l’Union européenne datant de mai 2014. Toute personne peut exiger qu’une photo, une vidéo ou un commentaire la concernant soient retirés d’un moteur de recherche ou d’un réseau social. Toutefois ce « droit à l’oubli » reste parfois difficile à appliquer.

La marche à suivre

Pour faire retirer des photos de votre enfant publiées sans votre consentement, contactez le gestionnaire du site concerné et expliquez-lui votre requête. Si cela n’aboutit pas, adressez votre demande de retrait à la CNIL via le formulaire prévu à cet effet. En dernier recours, vous pouvez saisir la justice pour faire respecter vos droits et ceux de votre enfant.


L’essentiel

  • Pensez à lire les conditions générales d’utilisation réseaux sociaux.
  • Votre enfant dispose d’un droit à l’image et d’un droit à l’oubli.
  • Expliquez lui la notion de droit à l’image.
  • La CNIL peut vous aider à faire respecter ces droits.
  • La diffusion de photos en ligne est souvent liée à un besoin de reconnaissance.
  • Les défis entre enfants peuvent les conduire à se photographier dans des situations dangereuses.
  • Nos enfants et leurs camarades feront-ils toujours un usage bienveillant de leurs photos respectives ?
  • Rappelez lui qu’il est très important de réfléchir avant de poster une photo en ligne.

À savoir

En tant que parent, vous êtes juridiquement responsable du comportement en ligne de vos enfants. Or les atteintes à la vie privée, notamment la diffusion de photo sans consentement, sont passibles de sanctions pouvant aller jusqu’à un an d’emprisonnement et 45 000 € d’amende ! (article 226-1 du Code pénal)


En chiffres
  • Entre 2011 et 2017, 259 personnes ont eu un accident mortel en prenant un selfie (Journal Le Monde, octobre 2018).
  • Le responsable d’un site dispose d’un délai de 2 mois pour retirer une photo sur demande – Plus d’informations : ici.