Jeux vidéo à la maison, comment les gérer sans stress ?

Votre enfant s’intéresse aux jeux vidéo et vous vous inquiétez que ce loisir devienne trop envahissant ? Vous vous demandez si vous pouvez le laisser jouer sans mettre en danger ni sa scolarité, ni sa santé, ni sa vie sociale, ni votre vie de famille ? Pas de panique ! Ça va bien se passer…

Aujourd’hui, les jeux vidéo tiennent une place importante dans les loisirs de nos enfants et ce, dès 6-7 ans, à l’âge où il devient raisonnable d’envisager de leur offrir leur première console de jeu personnelle.

Or, ce sujet reste une source d’inquiétude chez certains parents, pour deux raisons principales : la supposée violence des jeux vidéo, et le caractère addictif qu’on leur attribue.

Pourtant, nombreuses sont les familles dans lesquelles au moins un des parents est lui-même joueur. Ou l’a été : souvenez-vous de la Game Boy de votre enfance ! De la Super Nintendo, de la Megadrive, de la première Playstation… Pour bien gérer la question des jeux vidéo avec votre enfant, appuyez-vous sur votre propre expérience de jeu !

Le mythe de la violence

En vérité, seul un tiers des jeux environ présente une violence caractérisée. Pour les repérer, fiez-vous à la signalétique PEGI ! Certes, votre enfant est trop jeune pour des jeux comme Halo (PEGI 16), Call of Duty, GTA ou RDR2 (PEGI 18). Le cas échéant, expliquez-lui pourquoi cela n’est pas adapté à son âge…

Mais cela laisse tout de même deux tiers des jeux vidéo du marché sans grande violence, voire sans violence du tout ! Par exemple FIFA, n°1 des ventes, est classée PEGI 3. Les Mario ? PEGI 3, 7 pour la plupart. Quant à Fortnite, qui fait fureur en ce moment, il est classé PEGI 12 ; son niveau de violence reste très relatif, pour peu que votre enfant ait dépassé le cours moyen.

Jeux ludo-éducatifs, d’aventure, de plateforme, de rôle, de sport, de simulation, de stratégie… le choix est immense de jeux parfaitement adaptés aux jeunes joueurs entre 6 ans et 13 ans, selon les goûts et la sensibilité de chacun.

Montrez à votre enfant que vous êtes d’accord. Impliquez-vous ! Aidez-le à choisir, soyez présent quand il joue, intéressez-vous au contenu. C’est une façon de veiller sur lui et de gagner sa confiance en manifestant de l’intérêt pour un sujet qui le passionne !

Un moment de partage en famille

Nous vous encourageons même vivement à jouer en famille. Branchez le mode multi-joueurs et mesurez-vous à vos enfants ou faites équipe avec eux ! Le jeu vidéo est l’écran de partage par excellence, il donne lieu à de vrais moments complicité…

Après tout, jouer au jeu vidéo en famille c’est comme une partie de jeu de société.

La question du temps de jeu

L’autre grand reproche fait par les parents aux jeux vidéo est leur caractère qualifié d’« addictif ». Vous pensez que s’il était livré à lui-même, votre enfant pourrait y consacrer des heures sans même avoir conscience d’abuser… ? C’est probable, et vous devez lui apprendre à s’auto-réguler. Mais quelles limites fixer ?

  • Adaptez les temps de jeu à l’âge de votre enfant et au moment de la semaine. En effet, on n’impose pas les mêmes restrictions en semaine d’école ou en pleines vacances scolaires !
  • Pour préserver son sommeil, imposez une extinction des écrans au moins 1h30 avant le coucher. Ne laissez pas les écrans dans sa chambre la nuit pour éviter les tentations, surtout pour les jeux en réseau
  • Encouragez votre enfant à faire régulièrement des pauses
  • Soyez conscient que la durée de jeu doit aussi être adaptée au type de jeu. Effectivement, certains se présentent en partie de dix minutes, quand d’autres nécessitent plusieurs heures pour terminer une session. Vous éviterez les conflits si vous prévenez votre enfant dès le départ du temps dont il dispose, en faisant une piqûre de rappel quelques minutes avant l’échéance pour qu’il puisse sauvegarder sa partie.
Ne pas confondre addiction et passion

Par ailleurs, ne focalisez pas uniquement sur le temps de jeu. Ce n’est pas parce que votre enfant passe tout un dimanche pluvieux sur sa console qu’il est « accro ». Il s’occupe.

De même, s’il vient de recevoir un nouveau jeu, il aura envie d’y jouer beaucoup les premiers temps. C’est normal, ça lui passera… jusqu’à sa prochaine passion.

En revanche, si le jeu vidéo devient motif à refuser systématiquement d’autres activités, si chaque minute de libre est prétexte à faire une partie, s’il se renferme, qu’il semble fatigué, que ses résultats scolaires baissent… Alors là, oui, vous pouvez vous inquiéter d’une éventuelle pratique excessive et prendre les mesures qui s’imposent et n’hésitez pas à vous faire accompagner.

Certes, les risques existent il faut rester un parent vigilant. Mais n’oubliez pas que le jeu vidéo est avant tout… du JEU !


L’essentiel

  • Impliquez-vous dans le choix des jeux vidéo
  • Soyez présent quand vos enfants jouent
  • Fixez des limites (âge, temps, dépenses, accès en ligne)
  • Jouez en famille pour plus de convivialité !
  • Encouragez d’autres loisirs : 1h d’écran = 1h d’activités extérieures.

En chiffres
  • 79,7% des 6-9 ans jouent aux jeux vidéo et 84,2% 10-14 ans (TNS Sofres 2014)
  • 60 % des parents jouent avec leurs enfants (IFOP 2018)

Pour aller plus loin
  • Le site pedagojeux, le jeu vidéo expliqué aux parents.